A la SNCF, on change les essieux comme en F1

A la SNCF, on change les essieux comme en F1 Laurent Mansart | 04 Avril 2016, 00h00 | MAJ : 04 Avril 2016, 05h50 RÉAGIRTrappes, vendredi. Les huit agents qui travaillent dans le nouveau Bâtiment d’intervention rapide peuvent changer en deux heures un essieu de plus d’une tonne. La structure peut recevoir plusieurs types de rames, du RER au TGV.(LP/L.Mt.) C'est un immense hangar où trône une immense machine. On appelle cela un Bâtiment d'intervention rapide (BIR). La SNCF a inauguré le sien vendredi au Technicentre rive gauche, sa gare de triage et de maintenance située à Trappes, dans les Yvelines. Il aura fallu deux ans de travaux et 13,5 M€ d'investissements pour que le projet aboutisse. Un projet à la « pointe de la technologie », dixit Bertrand Gosselin, directeur régional Paris rive gauche pour la SNCF. L'idée ? Améliorer les conditions de travail des agents de maintenance en les transformant — ou presque — en mécaniciens d'un stand de Formule 1. A l'image de ce qui se fait lors des courses automobiles de ce type, le BIR leur permet ainsi de changer un essieu en un rien de temps. Du moins, à l'échelle du travail à effectuer sur une rame ou une locomotive de 90 t. En deux heures au lieu d'une journée Placés dans une fosse, sous les wagons, les huit employés du BIR peuvent désinstaller un essieu de plus d'une tonne, le réparer ou bien le remplacer en deux heures maximum. « Avant, il fallait une journée pour ce genre d'opération, explique Bertrand Gosselin. Nous pouvons aller plus vite car il n'est plus nécessaire de séparer les voitures pour réaliser ce type d'entretien. Aller plus vite, cela veut dire plus de trains disponibles et donc plus de ponctualité pour les voyageurs. » Le site, où travaillent 178 salariés, a été choisi par la SNCF pour accueillir ce bâtiment d'intervention rapide car il est plus grand que ceux de Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne) et Montrouge (Hauts-de-Seine). « Et c'est aussi un site historique, note la directrice du Technicentre, Fabienne Jourdan. Il est stratégique car les rames du RER C arrivent directement ici après leur trajet commercial. On s'occupera également des rames du Transilien des lignes N et U et du TER Centre, soit la ligne Paris - Chartres - Le Mans. » En tout, ce sont donc 243 rames, dont 150 pour le RER C, et 39 locomotives, qui pourront venir en maintenance accélérée à Trappes. La machine est également adaptée pour les TGV si le besoin s'en faisait sentir. « Elle évite de fragiliser le matériel et elle augmente la sécurité des agents », précise de son côté Bertrand Gosselin. En fonction depuis le 10 février, la nouveauté technologique de la SNCF a déjà permis de traiter 50 essieux. • 2Partages